Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 avril 2011

Lundi de Pâques = La Mouna !

vignette_mouna.jpgNous sommes Lundi de Pâques et, quelle était la tradition du Lundi de Pâques ? Les Français d'Algérie sortaient. Je ne me souviens pas que nous pique-niquions, on allait Casser la Croute au Soleil, à la Mer ou à la Foret selon les prévisions météorologiques de nos anciens.

Le Dimanche, à moins qu'il ne pleuve à seau ou comme vache qui pisse, car là-bas quand il pleut, il pleut, nous partions, en voiture ou en covoiturage, tout le monde n'avait pas la voiture, vers l'extérieur d'Alger, les Plages et Forêts de Sidi-Ferruch ou 4 cv.jpgde Fort de l'eau (est ou ouest d'Alger). Réunion de famille et/ou des copains vers la Forêt en hiver ou vers la Plage en été. Souvent la jointure entre les 2 époques se situait pour Pâques, c'est amusant lorsque l'on pense à la traduction évangélique de Pâques, retour de la Lumière. Je ne dis pas que nous allions nous baigner, c'était la plupart du temps trop tôt, il fallait souvent attendre l'Ascension pour que la mise à l'eau devienne officiellement admise dans les faits, nous jouions, grands et petits au bord de l'eau et rare étaient les fois ou volontairement, involontairement ou par farce, nous nous retrouvions à l'eau. Alors, les mamas nous attendaient sur le rivage avec de grandes serviettes de bain et nous frictionnaient vigoureusement. Aïe Aïe mon fils tu vas me faire mourrriiiir !


ballon à la plage.jpg

Chaque famille avait ses habitudes de lieux, autour du Parasol aux couleurs bien repérables, on ne risquait pas de perdre la tante Marie, et chaque Mama avait ses spécialités. Autrement dit le casse-croute était copieux mais varié.

Mais le Lundi de Pâques, y'avait un rab' : la Mouna !

"Cette délicieuse brioche se consomme traditionnellement à Pâques chez les pataouètes. On enfouit parfois pour cette occasion un œuf dur à l'intérieur." (Pour ma part, je n'en ais aucun souvenir, de l'œuf).

Rien n'empêchait d'en consommer toute l'année mais Pâques, c'était la Mouna !

mouna.jpg

Si la recette vous intéresse, je vous propose le site de "Cuisine Pieds-Noirs" qui est en permanence cité dans mes favoris. Nombreuses sont les recettes d'Algérie mais depuis le temps il y en a aussi les inspirées d'Algérie. Les commentaires sont nombreux et ceux qui m'amusent le plus, ce sont ceux qui indiquent que "pour la première fois de ma vie j'ai mangé une bonne Mouna."

En effet, ce n'était pas toujours une fabrication du Boulanger-Pâtissier et nos mères n'avaient pas toujours, jamais ?, le coup de main ou l'huile de coude nécessaire. Il fallait donc toujours avoir une boisson à proximité immédiate ou risquer l'étouffement chrétien ! Pour le petit déjeuner du lendemain cela allait bien, pour les trempeurs !

Donc, les Mamas, à vos fours. Il faut qu'à midi chaque lecteur de Pataouète ait sa Mouna !

Et après, tricotage pour les dames, sieste, la casquette sur les yeux, pour les hommes et jeux, sans faire de bruit sinon ton père y va te donner la tannée avec la savate que tu t'en souviendras longtemps au moins jusqu'à Pâques de l'année prochaine, pour les enfants, et que même des fois il y avait des filles.

Mouna 2.jpg


 

07:56 Écrit par Pataouete dans L'Algérie | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : algérie, mouna, paques

22 avril 2011

Facebook m'a tuer

facebook.jpgFacebook m'a tuer

d'Alexandre des Isnards et Thomas Zuber
NiL éditions

Facebook n'est pas un site Internet. C'est un mode de vie. Réseaux sociaux, sites de rencontres en ligne, jeux en réseau, tchats, smartphone : qu'on le veuille ou non, ces techniques créent de nouvelles habitudes qui révolutionnent nos relations amicales, amoureuses et familiales.

Hier, une soirée privée était privée. Aujourd'hui, vos proches sont tous devenus photoreporters, prêts à publier les photos les plus « délire » de votre crémaillère ou de votre anniversaire.
Hier, on pouvait dîner à deux. Aujourd'hui, on ne peut dîner qu'à quatre (vous, lui ou elle, vos deux portables).
Hier, une naissance ou un week-end en amoureux étaient des moments intimes. Aujourd'hui, la génération transparente en fait la chronique sur Internet parce que c'est mignon, parce qu'il n'y a rien à cacher, parce que tout le monde le fait.

On arrête là, vous avez compris. Facebook – plus de 600 millions d'utilisateurs dans le monde, dont 20 millions en France – n'est pas qu'un site Internet. C'est devenu un mode de vie. Soyons transparents ! Soyons « fun » ! Et surtout… restons connectés ! Réseaux sociaux, tchats, e-mails, SMS, jeux en réseau, géolocalisations, rencontres en ligne : la « culture Facebook » gagne toutes les générations et bouleverse nos relations amicales, familiales ou amoureuses. Sans quon s'en rende toujours compte. Mais à la vitesse du numérique.

Fidèles à la méthode qui a fait leur succès, Alexandre des Isnards et Thomas Zuber ont rassemblé leurs expériences et celles de leurs proches dans des saynètes truculentes, aussi drôles qu'inquiétantes.

07:55 Écrit par Pataouete dans Livre, Web | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : facebook m'a tuer

20 avril 2011

Le Putsch des Généraux de Pierre Abramovici

Pierre Abramovici,Putsch des GénérauxAu début de 1946, le général de Gaulle quitte le pouvoir et entame une traversée du désert qui durera douze ans. Mais une partie de ses compagnons ne se résignent pas et vont se servir des frustrations de l’armée pour revenir aux commandes politiques. Très politisés, quelques-uns vont comploter en permanence contre la IVe République. Diverses conjurations et tentatives de putsch, détournées par les gaullistes à leur profit, finissent par aboutir au retour du Général en 1958.

Mais comment le nouveau pouvoir pourra-t-il gérer cette entité prompte à la désobéissance et l’insérer dans le grand dessein gaullien d’une armée nouvelle moderne et apolitique ? Une fraction des leaders gaullistes monte une manipulation pour pousser les plus enragés des militaires à tenter, en avril 1961, un putsch en Algérie, tout en inventant à destination des métropolitains un projet imaginaire de débarquement de parachutistes. Il s’agit de dramatiser une situation en réalité entièrement sous contrôle, de jeter dans la rue des millions de "gaullistes" d’occasion et de promulguer, pour la seule fois de la Ve République, l’article 16 de la Constitution qui donne les pleins pouvoirs au chef de l’Etat. (Lors de sa dernière interview avant son décès, Maurice Papon, alors préfet de police, se félicitait auprès de l’auteur d’avoir fait défiler les communistes en faveur du chef de l’Etat !).

Cinquante ans après, les multiples révélations de ce livre proviennent des nombreux témoignages de témoins et d’acteurs du putsch, recueillis entre 1991 et 2006. Elles s’appuient également sur des documents inédits issus des archives, en particulier de Michel Debré, Premier ministre à l’époque, et du Parti communiste, acteur incontournable des dramatiques semaines d’avril 1961.

Journaliste et documentariste, Pierre Abramovici est spécialisé dans les enquêtes compliquées. Il est l’auteur de nombreux documentaires d’investigation consacrés notamment à l’histoire de l’Opus Dei, la principauté de Monaco pendant la Seconde Guerre mondiale, le nationalisme arabe, la corruption et le terrorisme international, les complots d’Etat ou les trafics en tout genre. Il est aujourd’hui doctorant en Histoire contemporaine.

18 avril 2011

Algérie : Bouteflika va réviser la Constitution pour "renforcer la démocratie"

Son discours à la nation était très attendu par le peuple algérien. Le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé, vendredi 15 avril, dans une allocution télévisée, une prochaine révision de la Constitution en vue de "renforcer la démocratie". "Pour couronner l'édifice institutionnel visant à renforcer la démocratie, il importe d'introduire les amendements nécessaires à la Constitution" de 1996, a affirmé le dirigeant algérien dans un discours à la nation de vingt minutes.

abdelaziz-bouteflika.jpg

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, doit annoncer des "décisions importantes"

vendredi 15 avril.REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Les attentes des Algériens étaient d'autant plus fortes qu'il s'agissait du premier discours présidentiel adressé au peuple depuis que le pays est agité par de nombreux mouvements sociaux. En janvier, des émeutes avaient fait cinq morts et huit cents blessés.

Une source officielle avait plus tôt dans la journée laissé entendre que le président devrait donner des gages aux partisans de réformes démocratiques, et annoncer "d'importantes décisions concernant l'approfondissement du processus démocratique, le renforcement des bases de l'Etat de droit, la réduction des disparités et l'accélération du développement socio-économique". "Le Monde"

L'annonce de la fin de l'Etat d'Urgence instauré en 1992 pour endiguer la montée de l'Islamisme et certainement une bonne chose. Mais dans les faits l'Algérie n'est-elle pas en Etat d'Urgence depuis l'Indépendance. Tous les Présidents successifs étaient des Militaires de haut rang. (Ne pas lire Oran !). Bouteflika, espoir de la nation algérienne en 62, a participé à tous les gouvernements de l'Algérie Indépendante.

La devise de la république en 62 était République Démocratique et Populaire. Le FLN, parti unique, ou presque, est à la tête de l'état depuis toujours.

Il est évident que l'Algérie doit évoluer. Elle a été la première à revendiquer dans les rues pour plus de liberté, contre la Faim et le Chômage. Le train des Révolutions Magrébines lui est passé dessus, il est vrai que la Police est beaucoup plus présente, armée et efficace qu'ailleurs. Il est vrai que la période noire a laissé des traces, il y a de quoi, et que les "révolutionnaires" veulent éviter une récupération islamiste. Il est vrai que les US n'ont pas l'air de vouloir intervenir pour négocier avec l'Armée, ou alors ils le font très discrètement. Il est vrai qu'en Algérie, plus qu'ailleurs, il est préférable que la France reste en retrait afin d'éviter l'union sacrée contre les colonisateurs.

Allez, un peu d'optimisme, soyons attentifs aux discussions en cours, souhaitons qu'elles aboutissent à des accords où les richesses de l'Algérie (3eme PIB d'Afrique) soient démocratiquement partagées.

Souhaitons que cela ne soit pas une fois encore des "Tchalef !"

et que vivent enfin le peuple Algérien !

15 avril 2011

Les épines et les roses de Robert Badinter

Livre Badinter.jpgTrente ans après l’élection de Mitterrand et sa nomination à la Chancellerie, Robert Badinter évoque dans ce livre son activité place Vendôme. Nommé garde des Sceaux , il propose « au nom du gouvernement de la République » d’abolir en France la peine de mort, c’est chose faite le 30 septembre 1981. Il porte également des projets de loi issus des 110 propositions du candidat Mitterrand :
 suppression des juridictions d’exception comme la Cour de sûreté de l’État et les tribunaux des Forces armées en temps de paix ;
 permettre à tout justiciable d’intenter un recours devant la Commission et la Cour européenne des droits de l’homme ;
 amélioration du droit des victimes (cf. la loi du 5 juillet 1985 sur les accidents de la circulation) ;
 développement des peines non privatives de liberté (instauration des jours-amendes et des travaux d’intérêt général pour les délits mineurs) ;
 amélioration de la condition des détenus, etc.

Robert Badinter replace avec précision le lecteur dans la France des années 1980 : terrorisme de tous bords, premières émeutes dans les banlieues, surpopulation carcérale, etc. Batailles politiques, confrontations avec les médias, incompréhensions de l’opinion publique, le combat fut rude. Mais, au fil du temps, la "solitude du coureur de fond" s’estompe et il devient le symbole de l’action de la gauche au pouvoir. Epris d’histoire, nourri par la réflexion universitaire et l’expérience judiciaire, sa conviction pendant ces années est absolue : la grandeur et l’influence de la France sont pour lui à la mesure de son rôle au service des libertés et de la justice ; tel a été le fil conducteur de toute son action en politique.

Heureusement qu'il y eu Badinter pour étayer le Bilan de Gauche des années Mitterrand.

07:30 Écrit par Pataouete dans La poulitique, Livre | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : badinter, epines et roses