Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2011

Notre République, un exemple ?

républiques,républiques citoyenne.

J'ai récupéré le dessin ci-dessus à l'occasion des révolutions nord-africaines.

Plutôt que d'illustrer une note d'actualité, je me suis plutôt posé la question : qu'est-ce que la Révolution Française ? Est-ce que le Peuple de France en a vraiment profité ? Ou, est-ce que les "Maitres de Forges" n'ont pas remplacé la Noblesse héréditaire ?

Est-ce que le Peuple de Paris, tout au long des différents soulèvements populaires, a vraiment installé les bases d'une République Démocratique et Citoyenne ?

La Première République.

Le 14 juillet 1789 marque officiellement la Naissance de la République. Cependant ce n'est que le 21 septembre 1792, que les députés de la Convention, réunis pour la première fois, décident à l'unanimité de l'abolition de la royauté en France.

La Première République passa par trois formes de gouvernement :

républiques,républiques citoyenne.La Convention nationale, entre le 21 septembre 1792 et le 26 octobre 1795, incluant la période dite de la Terreur (1793-1794).

Le Directoire, entre le 26 octobre 1795 et le 9 novembre 1799, fondé par la Constitution de l'an III.républiques,républiques citoyenne.

Le Consulat, entre le 10 novembre 1799 et le 18 mai 1804.

Démocratie ? En fait un premier corps électoral, composé des hommes de plus de 21 ans qui paient un impôt, élit un électeur pour 200 citoyens. Ces électeurs doivent avoir 25 ans et justifier d'un revenu conséquent. C'est à eux qu'il appartient de désigner :

- les futurs membres des assemblées ainsi que les juges des tribunaux civils.

- le Président du Tribunal criminel et les membres du Tribunal de Cassation.

- les membres des administrations départementales.

Seulement une dizaine de % du corps électoral participe aux différents scrutins, surtout les parisiens, et les électeurs élus représentent en fait les bourgeois du canton puisqu'ils sont plus vieux et plus riches que le citoyen de base.

républiques,républiques citoyenne.En 1792, la Convention était officiellement composée de 749 députés ; dans la pratique, il n'y eut rarement plus de 350 siégeant au cours des séances. La plupart des députés sont des hommes de loi, dont une majorité d'avocats (plus du tiers). Le monde agricole et autre n'est représenté que par 2 ouvriers ; le reste de la Convention est composé de 55 nobles et ecclésiastiques.

Suite au Coup d'État du 18 brumaire, la première République prend fin à la suite du couronnement de Napoléon Ier et l'instauration du Premier Empire. Dans la Constitution de l'an XII, il est précisé que le gouvernement de la République est confié à un empereur héréditaire : Napoléon 1er. L'usage du nom de République tombe ensuite en désuétude.

La Seconde République.

républiques,républiques citoyenne.

La Seconde République, est le régime politique de la France du 24 février 1848, date de la proclamation provisoire de la République à Paris, jusqu'au 2 décembre 1851.

La Deuxième République est un régime original dans l'histoire de France d'abord par sa brièveté, 3 ans et demi, ensuite car c'est le dernier régime, et peut-être même le seul, à avoir été institué à la suite d'une révolution. C'est enfin le régime qui applique pour la première fois le suffrage universel masculin en France et abolit définitivement l'esclavage dans les colonies françaises. Et ce fut le coup d'état du 2 décembre et le transfert du Président de la république Louis Napoléon Bonaparte en Napoléon III empereur des Français.

La Troisième République.

La Troisième République est le régime politique qui a succédé au Second Empire. Il s'agit d'une démocratie parlementaire créée le 4 septembre 1870, après la défaite de Napoléon III à la Guerre franco-prussienne. La Troisième République dura presque un siècle ! Elle survécut à la Première Guerre mondiale, mais l'invasion de la France par le Troisième Reich en 1940 y mit fin. Sa longévité est intéressante : aucun régime n'a duré aussi longtemps depuis la révolution française de 1789.

 

républiques,républiques citoyenne.

Un gouvernement modéré de Défense nationale est institué dans la nuit du 3 au 4 septembre 1870. La commune de Paris est écrasée dans le sang au terme de la "Semaine sanglante" (21-28 mai 1871). Plusieurs Communes se révoltent un peu partout dans les grandes villes elles sont réprimés avec la même brutalité et tombent dans l'anonymat.

républiques,républiques citoyenne.

 

Tout au long de ce siècle, au delà de la Laïcité qu'il faut reconnaitre à la 3eme, ce ne fut que colonialisme, antisémitisme, répression ouvrière, déportation vers les colonies, et… deux Guerres Mondiales.

Pour enfin enfanter l'Etat Français dont on parle peu dans les sites historiques

La quatrième République.

Une révolution, Le Conseil National de la Résistance, constituante de la 4eme,  instaure le vote des Femmes. Enfin, tous les citoyens majeurs sont électeurs directs. et toutes les protections sociales des travailleurs.

républiques,républiques citoyenne.


Aux fins de compromis, et afin de limiter les pouvoirs du Parti Communiste, grand pourvoyeur de résistants, une République Guimauve fut installée. La défaite d'Indochine, les promesses de paix en Algérie, transformées en pleins pouvoirs militaires, à la suite de quelques carottes transmises violemment à Alger. Aucune résistance politique à l'armée et ses exactions, pour terminer dans le ridicule, un coup d'état.

La cinquième République

républiques,républiques citoyenne.

De Gaulle et Debré proposèrent une constitution selon leur conception de la vie publique. Elle fut adoptée par référendum. Pour la première fois, le Peuple souverain adopte la constitution. Mais il est vrai, que ce même peuple était prêt à tout accepter du Général. Cette constitution ne laissait que peu de pouvoir aux assemblées, il est vrai que la Quatrième nous avait vacciné. Et dès lors que le Président fut élu au suffrage universel, c'est-à-dire par le peuple souverain, il acquit un pouvoir quasi absolu pendant la durée de son septennat. Pire, le passage au Quinquennat, juxtaposé avec les élections des Députés donna au Président un pouvoir absolu qui lui permet de ne pas tenir compte d'un vote référendaire négatif (Constitution Européenne) ou de mettre en place des Lois qui sont contraires à ses déclarations, pour ne pas dire promesses, électorales.

Et le peuple (Démos) dans tout cela ?

républiques,républiques citoyenne.Jamais le peuple n'exerça le moindre Pouvoir. La République française fut toujours récupérée par la Haute Bourgeoise ou des ambitieux dictatoriaux.

Le Peuple, c'est de la chair à Canons, de la Chair à Usines, de la Chair à Impôts, de la Chair à Sueur mais de la à considérer que notre République, Liberté, Egalité, Fraternité, n'ait jamais existé !

Les Révolutions actuelles révélées ou sous-jacentes ne paraissent pas être guidées par un leader ambitieux. Je Rêve d'une République Démocratique et Citoyenne. Mais dans notre système mondialement Oligarchique, dans des pays ou l'armée est ultra présente, l'économie corrompue, (les 2 dictateurs qui viennent d'abandonner, sont partis avec la moitié des richesses nationales), le pouvoir religieux souvent bien présent, le Pouvoir Politique aura bien du mal à prendre le dessus.

Je souhaite que les Magrébins et Moyen-Orientaux démontrent que le déni de capacité dont les a affublé l'Occident n'était qu'une vilénie de plus des Colonisateurs !

républiques,républiques citoyenne.


18 février 2011

Edgard Morin montre la Voie

la voie.jpgLe vaisseau spatial terre, agité de conflits ethniques, religieux, politiques et de convulsions économiques, continue à toute vitesse sa course. Il est propulsé par plusieurs moteurs : science, économie, technique, profit, chacun portant en lui les possibilités du meilleur et du pire. Il n’y a pas de pilote, pas de boussole. Suit-il la bonne voie ? Ne va-t-on pas vers des désastres ? Est-il possible de changer de voie ? Le pire est probable, mais l’improbable est souvent advenu dans l’histoire humaine.

Ce livre s’essaie à un diagnostic sur le cours présent et futur de la mondialisation. Il indique comment une multiplicité de crises sont enchevêtrées dans la grande crise de l’humanité qui n’arrive pas à devenir l’humanité. Il montre comment nous vivons à la fois le pire et le meilleur. Il indique comment peut-être un nouveau futur, encore invisible, a déjà commencé. Une Voie, nouvelle, issue de la conjonction de myriades de voies réformatrices, pourrait nous conduire à une métamorphose encore plus étonnante que celle qui a transformé des petites sociétés archaïques de chasseurs-cueilleurs pour engendrer les sociétés historiques. Directeur de recherches au CNRS, Edgar Morin est considéré comme l’un de nos penseurs les plus importants.


07:08 Écrit par Pataouete dans Livre, Républiques citoyennes | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : morin, la voie

16 février 2011

Mon oncle d'Algérie

Mon Oncle.jpgIl y a quelques jours j'ai présenté un livre de Nathalie Funes : Mon oncle d'Algérie.

Avant de vous dire que j'ai été bouleversé par ce fabuleux travail de recherche et de témoignage familial, je voudrais remercier mon Fils qui effectue en permanence une veille éditorial. Grace à lui, je ne risque pas de rater une information à propos, et à tout propos sur l'Algérie. Aïe qu'il est bon mon fils !

Ce livre, je vous l'ai présenté par la note que vous pourrez retrouver ICI. Il résonne de ce camp de Lodi dont je vous ai parlé dans les notes ICI et suivantes. Un dernier scoop, j'ai retrouvé un Copain de mon père qui va me permettre de compléter ces notes sur cet horrible Camp de Lodi !

Fernand Doukhan est le premier homme de la famille à naitre français, le premier aussi à avoir un prénom qui ne soit pas hébraïque, le premier à devenir Instituteur - et pas matelassier ou colporteur. Ce prénom lui permettra de traverser la Seconde Guerre Mondiale, malgré les camps de prisonniers, sans trop de difficultés.

Nathalie Funes, part à la recherche de cet oncle qui lui faisait l'effet d'un vieux monsieur grincheux. Elle fouille les carrés juifs des cimetières d'Alger, elle remonte le cours de l'Histoire de sa famille juive berbère qui habite l'Algérie depuis des siècles, jusqu'à l'Antiquité.

Puis descend le fil de ces ancêtres indigènes berbères de confession juive. Fernand, lui, né en 1913, est Français. Nathalie nous raconte la vie,  les conditions et les misères de cette tribu des Aurès. Je n'irais pas plus loin car ce chapitre, à lui seul mérite un traitement spécifique.

Fernand entre à l'Ecole Normale de la Bouzaréa. Il subit un régime spartiate mais constate que les indigènes, bien que leur condition leur ait permis  d'être éduqués et de réussir le concours d'entrée, il constate que leur sort est plus rude, beaucoup moins confortable, plus ségrégationniste. Seulement en 1933, les classes sont mixtes, Français-Indigènes et les indigènes ne sont plus réservés aux écoles des Bleds.

Il fréquente les mouvements trotskistes et anarchistes, écrit dans des feuilles anarchistes et devient instituteur à Maison Blanche.

A Zouve 2.jpgLa Guerre est déclarée. Il est incorporé au 9eme régiment des Zouaves. (La photo est celle de la section de mon père) fait prisonnier, son prénom lui évite le traitement réservé aux juifs. Mais pendant ce temps, la nationalité française est retiré aux juifs d'Algérie, ils perdent leurs emplois, redeviennent indigènes et subissent, à nouveaux, des vexations des "Vichystes" d'Algérie. Le père de Fernand, Saül Doukhan, qui avait faillit naitre Français, manque de mourir Indigène.

Lorsque le FLN attaque, Fernand a déjà choisi son camp. Il est arrêté lors de la Bataille d'Alger et interné dans ce camp d'internement de Lodi, près de Médéa, où la France éloigne les Français d'Algérie - de façon arbitraire, sur décision administrative - qui ont manifesté leur soutient aux indépendantistes. Nous en reparlerons bien sur ! En Avril 1958, des policiers le poussent sur un bateau vers Marseille.

Lodi Monique.jpg

"Ce livre a été un voyage dans le passé, sur les traces qui restent de lui, dans les endroits ou il a vécu, dans les archives, dans les mémoires de ceux qui l'ont croisé sa route. Il raconte une autre Histoire des Français d'Algérie" Nathalie Funes.

Vraiment, vraiment… Merci Nathalie ! Tous les "autres" Français d'Algérie te remercient.

Mon voeux le plus cher serait d'entrer en contact avec Nathalie Funes.

Pendant la rédaction de cette note, Moubarak a démissionné ! Un symbole non ?


14 février 2011

Bonne fête mon amour !

07:23 Écrit par Pataouete dans Mes humeurs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amour;j'aiencore reve d'elle

12 février 2011

Une manifestation d'opposants dispersée à Alger

-manifeste-a-alger.jpg

Plusieurs milliers de manifestants se sont réunis à Alger, samedi 12 février autour de la place du 1er-Mai, pour manifester contre le pouvoir algérien à l'appel de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), qui rassemble des partis d'opposition, des représentants de la société civile et des syndicats non officiels. Le rassemblement, interdit par les autorités, s'est cantonné à la place, sous la surveillance d'un impressionnant dispositif policier qui a dispersé la foule aux alentours de 16 heures, les forces anti-émeutes chassant peu à peu les manifestants.

Le rassemblement a commencé vers 11 heures du matin, les protestataires réussissant dans un premier temps à briser le cordon de sécurité imposé par les forces de l'ordre avant d'être à nouveau encerclés.

Au plus fort de la mobilisation, les organisateurs ont avancé le chiffre de 3 000 participants. Le contact du Monde sur place faisait état d'environ 2 000 manifestants, un chiffre également cité par l'AFP. Le ministère de l'intérieur algérien a estimé pour sa part que les manifestants n'étaient que 250.

manifestation-sur-la-place-de-la-republique-a.jpg

30 000 POLICIERS ET DES CENTAINES D'INTERPELLATIONS

La foule criait "Algérie Libre" ou encore "Le régime dehors!", et certains ont même brandi une large banderole qui proclamait : "Système dégage", criant des slogans qui faisaient échos à ceux criés en Tunisie et en Egypte. Parmi les manifestants figurait notamment le co-fondateur du Front islamique du salut (FIS), Ali Belhadj, et le chef du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Saïd Sadi.

En face, près de 30 000 policiers étaient déployés dans le centre de la capitale algérienne. Si des tirs de sommation ont été entendus, les témoins sur place ne font pas état de violences particulières envers les manifestants.

De nombreuses interpellations, certaines particulièrement musclées, ont en revanche eu lieu : outre des manifestants, dont près de 300 ont été interpellés au cours de la journée selon la Ligue algérienne des droits de l'homme, plusieurs députés du RCD ont été temporairement arrêtés, dont Othmane Maazouz, Mohsen Belabes, Aider Arezki, Tahar Besbes. Une unité de police féminine était présente sur la place et a arrêté de nombreuses femmes, que les policiers hommes sont réticents àinterpeller.

Selon le Collectif d'Algériens de soutien à la lutte en Algérie pour le changement et la démocratie, basé à Paris, au moins cinquante personnes, majoritairement des membres du CNCD, seraient encore aux mains des autorités "dans les commissariats de Riad El Feth, Soustara et Cavaignac à Alger


20:43 Écrit par Pataouete dans L'Algérie | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : algérie, alger, manifestations